Beluga a quitté les côtes etatsuniennes vendredi dernier après une dernière escale à Boston. Robin, Lola et Julien y ont repris l'avion, laissant un grand vide là où avant, il y avait leurs chaussettes, leurs sourires, leurs pyjamas, leurs regards, leurs dessins, leurs blagues, leurs culottes ou caleçons. Dans un si petit espace, chacun prend une place qui devient vite béante une fois qu'il s'en va! Alors on s'est un peu forcé et on n'a pas traîné dans les faubourgs de l'aéroport où un avion survolait toutes les deux minutes notre mat.

20706504_1575802102444104_1580040373_n

Les amarres larguées, les voiles hissées, Beluga a mis le cap sur la Nouvelle Écosse, faisant le deuil du Maine et de ce bout de famille repartie. La fenêtre météo était là, il ne fallait pas la rater dans ce coin de l'Atlantique où la stabilité des Alizés fait rêver. On y passe rapidement de la pétole au coup de vent, en passant semble-t-il rarement par la jolie brise, tout ça avec une girouette opérant des demi-tours radicaux d'une journée à l'autre. Les prévisions nous annonçaient trois jours de vent de secteur Sud, un peu Sud Est qui s'orienterait de plus en plus en Suroit. C'était pas un portant bien franc mais faut pas cracher dans la soupe, surtout par ici...

Heureusement que nos têtes étaient emmitouflées de ces bons moments de tribu élargie... Il y a eu du brouillard dès la première nuit. La pleine lune s'est voilée comme dans certains films où surgit le loup-garou, puis elle a complètement disparu. On était comme dans du coton, mais du coton très, très humide. Notre bon vieux radar est devenu nos yeux et on priait un peu, sans le dire, qu'il ne se mette pas à faire la tronche! La deuxième nuit a commencé avec le débarquement de Golgoths électriques. Moi, j'ai fait l'autruche dans mon sac de couchage et Jean-Sam a mis ses lunettes de soleil pour ne pas devenir aveugle sous le coup des trop nombreux éclairs. Quand mon quart a sonné, les Golgoths filaient au loin sur l'horizon et Jean-Sam semblait revenir d'un match de boxe. Mais la purée de pois leur a rapidement succédé, voilant à nouveau une lune bien ronde! Il faisait froid. Le vent piquait un peu. Bonnets, cache-cou, chaussettes et bottes étaient évidemment de la partie. Le brouillard est resté une bonne partie de la journée. On a entendu un cargo claironner dans notre travers, arrachant à notre coeur quelques battements! Puis le coton est devenu moins épais, plus lumineux.

20771806_1575802009110780_1224738414_o

Il laissait presque percer le soleil. Ensuite, toujours à ce moment que tu n'attends plus, tu remontes de la descente après un check-up radar, échevelée sous un bonnet de traviole, et là, tes yeux un peu cernés sans doute et pas tout à fait en face de leurs trous clignent voire double-clignent devant la ligne bleue qui s'étire bien nette à l'horizon. Il n'y a plus cet effet fondu, tu vois le haut du mat... La brume est partie! C'est presque un autre monde dans la même journée.

Les oiseaux étaient là à nouveau, des océanites cul-blanc sans doute et des puffins majeurs peut-être. Les uns, petits, volent à ras de l'eau, l'effleurant parfois d'un jeu de pattes qui vaut largement un jeu de jambes James Brownien.

oceanite

Les autres, plus grands, plus ventrus, ne payent pas de mine à côté d'un fou de bassan. Mais leur vol est plus fascinant que le sourire de la Joconde! On dirait qu'ils ne volent que pour le plaisir de voler. On les voit rarement plonger.

puffin

Ils semblaient accompagner Beluga, planant tout autour de lui et venant parfois caresser du bout de la dernière plume de leur aile la vague la plus proche. On a vu des ailerons... Entre requins ou sunfish ou autre, on ne sait plus trop. On a vu une énorme tête aussi. Au début, on pensait à un phoque frappé de boulimie mais une carapace d'un bleu qui se confond avec la mer traînait derrière l'occiput. Une tortue Luth! Elle était énorme, comme la sensation de la voir là, au milieu de ce rien qui est tout en bateau. Il y a eu des dauphins aussi... furtifs. Le brouillard et les éclairs nous ont enfin laissé tranquilles.

On a eu une dernière nuit étoilée et une dernière journée lumineuse comme une journée de montagne. Le coucher et lever de soleil prennent leur temps par ici, l'un étant le négatif de l'autre.

20726873_1575801635777484_500494715_o

20747118_1575801852444129_769178055_o

Les couleurs s'enflamment lentement jusqu'à teinter le ciel d'un rouge incandescent qui tombe ou apparaît derrière l'horizon. Le vent nous poussait, les oiseaux aussi. On a donc décidé de poursuivre la route au lieu de risquer de s'enfermer dans les bras de Yarmouth. On a passé le Cap Sable. Les abris se faisaient plus nombreux, offrant un repli au cas où la météo prévue change d'humeur trop vite. Beluga a pointé la côte et le phare Sambro, en milieu d'après-midi, laissant derrière lui la vie du large et ses oiseaux. Il aurait bien continué je crois. Mais derrière la pointe, il y avait Halifax où un avion ne va pas tarder à atterrir !

20707359_1575801499110831_2083569214_o

 

 

Nota Bene : mon reflex étant gravement décédé, j'ai piqué les photos des animaux volants sur la toile!