11 décembre 2017

Le retour de l'arrivée

Depuis quelques jours, nous sommes à Sal, une île du Cap Vert, toute sèche et presque dépourvue de vie végétale. Quand nous sommes arrivés,  il y avait une mauvaise visibilité à cause du sable du Sahara emporté par les Alizés.  Une fois l'ancre bien accrochée,  nous sommes restés un moment à discuter et à regarder la terre. Je trouvais ça bizarre mais à la fois agréable d'arriver dans un endroit que nous avions déjà visité l'an dernier. Papa et maman avaient envie de se reposer car ils étaient crevés mais nous sommes tout de même allés à terre car nous devions faire les papiers. Nous avons fait deux groupes, un qui allait chercher les douanes et un autre qui s'occupait de jeter les deux pouvelles du bord. Je suis allé avec papa et Malo au bureau des douanes mais quand nous sommes arrivés,  un policier nous a dit de revenir le surlendemain car le douanier n'était pas là.  Nous avons retrouvé maman et Fanch qui avaient réussi à trouver un endroit dédié aux déchets. Nous avons pris la sage décision de se poser quelque part, à une terrasse. Nous avons commandé des boissons, papa et maman ont pris la bière locale, la strela. On était content de retrouver leur capsule! Puis, on a mangé.  J'ai pris une cachupa. C'est un mélange de pois chiches, fèves de haricot avec un oeuf sur le plat et quelques tranches de chorizo. C'était un peu sec mais délicieux.  Autour de nous, des enfants jouaient avec une brouette, l'un poussant à toute allure l'autre qui trônait dessus! Un petit poussait une cagette en plastique un peu comme un trotteur. Un ado est passé à pleine balle sur un vélo, en équilibre sur son vélo.  On savourait la vie quotidienne du petit village de Palmeira, pour la deuxième fois!

IMG_0090

Posté par sabineetjeansam à 16:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Sable et poissons vers le Cap Vert

On est parti un beau de dimanche de décembre pour une traversée jusqu'au Cap Vert. La première journée s'est passée comme n'importe quel début de traversée: quasiment tout le monde était dehors pour éviter le mal de mer indésirable, on écoutait de la musique et on regardait l'île de Gran Canaria s'éloigner petit à petit.

Le lendemain, tout à basculé... on prenait du sable dans le nez et la visibilité jusqu là normale s'est réduite à moins de quatre milles. Nous avions des filières jaunes et oranges; on ne distinguait plus très bien les différents bouts, ils avaient tous une couleur ocre de sable. On était à environ 60 milles de la côte du Sahara Occidental lorsque nous avons pêché notre premier poisson: une bonite bleue électrique sur le dos et rayée sur le côté.

DSCN0003

Elle était magnifique et délicieuse. Même Marjane qui d'habitude n'est pas une grande fan de poisson m'a dit:"La bonite de l'aut' fois, elle était bien bonne!".

Petit à petit la visibilité est tombée à trois milles. Le détecteur de radar était allumé  vingts quatre heure sur vingts quatre pour nous avertir, de son bip, de l'éventuelle approche d'un cargo. Dès qu'il retentissait, nous allumions le radar pour le localiser précisément et suivre sa route. Lorsque ils étaient assez proches, nous les voyons surgir du rideau de poussière soulevé par l'Armathan. C'est ainsi que nous déterminions la visibilité!

Nous avons pêché notre deuxième et troisième poisson le lendemain, au même moment, les deux poissons sont sortis de l'eau dans de grandes éclaboussures. Deux grosses dorades coryphènes, vertes, jaunes et bleues ont mordu à chacune de nos lignes.

DSCN0006

P1010089

Le sable était de plus en plus présent, il se posait sur tout ce qui n'était pas à l'abri du vent. On pouvait en récolter sur les filières en les frottant du doigt. C'était  très étrange. La visibilité s'était un peu améliorée quand une troisième dorade coryphène a fait tendre la ligne. C'était incroyable de pêcher autant de poissons en une seule navigation. Heureusement que nous étions sept car, sinon, nous en aurions eu peut-être trop.

  

Posté par sabineetjeansam à 16:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 décembre 2017

Beluga jette l'ancre...

non seulement à Palmeira sur l'île d Sal au Cap Vert mais aussi dans la presse! Merci spécial à Marie qui a rédigé l'article!

 

 

24774734_1268434839969842_1276495981936050069_n

24312414_1268434913303168_8370217183046503069_n

24312544_1268434959969830_3361064773049145517_n

Posté par sabineetjeansam à 00:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 novembre 2017

Par delà les rivages...

J'ai quitté Madère il y a presque trois semaines déjà. Je me suis un peu plus éloigné de l'hiver même si c'est une notion bien relative dans ces eaux-ci. J'avais, quant à cette île, entendu beaucoup des couperets tomber. Des voisins de ponton y étant passé trouvaient ça souvent très touristique. Trop de bateaux étrangers dans les ports se plaignaient-ils ou des ports qui ressemblent à des 'resort' où là vie de tous les jours n'a pas droit de cité! Je suis arrivé à Gran Canaria, dans la capitale de Las Palmas. Pour elle aussi, les propos évoquaient un tourisme de masse dont le terrain fertile ne fait hélas germer que des immeubles ressemblant aux infrastructures de l'élevage industriel de gallinacés... 

Revenant de balades dans l'intérieur madérien, mon équipage parlait pourtant avec enthousiasme!  Ils avaient ramassé des chataignes au milieu de bruyères géantes dans les hauteurs alors que plus bas poussaient la canne à sucre et légion de bananiers avec leurs régimes de bananes naines. Mais vignes, orangers, poiriers ou manguiers ornent eux aussi les flancs abruptes dressés en terrasses. Les randonnées offraient, d'après ce que j'ai compris, des paysages très variés en fonction de leur hauteur. Beaucoup longeaient des llevadas, un ensemble de canaux d'irrigation qui amène l'eau du Nord de l'île au Sud, offrant des possibilités infinies de courses de feuilles en tout genre sur le réseau. Ils ont déniché des cascades longues comme l'attente chez un médecin un vendredi soir de novembre. Elles vrombissaient au détour d'un sentier, comme les nez, certainement, de certains patients.

IMG_20171128_140258

La pointe orientale, que j'ai longée en arrivant, m'a presque fait pensé à Sal au Cap Vert, sèche, poussiéreuse et désertique...

IMG_20171129_204103

Ils ont couru dans les jardins tropicaux de Monte où la flore laissée là au détour de voyages multiples était aussi large que l'éventail d'une danseuse de flamenco. Il suffisait de quitter le rivage finalement, pris d'assaut, pour voguer avec tranquillité ! 

Gran Canaria, c'est un peu pareil on dirait... Ceci dit, l'ambiance sur les pontons est plutôt agréable. Il y a des allemands, des néerlandais, des français, des anglais, des italiens. Il y a aussi une armada de shipchandlers et une zone industrielle où on trouve tout ce dont on peut rêver. Ça brique et bosse sur les pontons!  La ville, vue du port, n'a rien d'exceptionnel. De nombreux buildings s'y emboîtent comme des kaplas, une voie rapide longe le littoral jusque dans la partie Sud, offrant un défilé permanent de voitures qui vous crachent leur combustible dans les naseaux. Mais à nouveau, tous finissent par l'apprécier. Les uns pour ses larges trottoirs et grands places qui offrent multe possibilités de skateboarding, d'autres pour les ruelles étroites et les maisons d'antan avec leurs balcons en bois et leur façade colorée un brin art déco par moment. Ces innombrables immeubles ont un côté presque 'vintage' charmant, ils sentent les années 60-70 à plein nez... Puis, il y a cette ambiance aussi! Ca parle fort, ça sourit beaucoup, ça s'fait des accolades ou ça gueule parfois aussi un  peu. En tous les cas, ça vit!  L'intérieur leur a bien fatigué les guiboles!

24197234_2072783169617405_244905315_o

Des balades où déferlent arbustes secs ou cimes géantes, rochers découpés et sentiers escarpés avec des successions de montagnes qui plongent dans la mer où on devine parfois le mamelon du mont Teide de Tenerife. Ça faisait presque El Dorado à certains endroits parait-il!

20171128_102931

J'ai accueilli la reine de Sabba de Marchovelette... Les enfants ont pu profiter de la plage qui est juste à côté, une plage de ville, pas très jolie mais bien vivante, pendant que les parents me bichonnaient un peu beaucoup. J'crois qu'ils me trouvent un peu exigeant!

Il y a ici une sacrée flopée de bateaux-stoppeurs qui cherchent à se rapprocher des Antilles ou de l'Amérique latine, mais finalement trop pour les bateaux on dirait. Les p'tites annonces s'accumulent sans jamais disparaitre! Que feriez-vous, vous, si vous étiez la troisième voiture à passer sur une route déserte où des pouces se lèvent, frétillants, à votre approche? Ben, moi, il semblerait que je lève le pied, freine et que j'embarque qui je peux! Au moins pour un bout de chemin, pour les amener à un carrefour plus frequenté. J'vous raconterai ça bientôt! 

Posté par sabineetjeansam à 21:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 novembre 2017

Mamie débarque...

Depuis un petit temps, nous sommes à Las Palmas sur l'île de Gran Canaria, la capitale. Le deuxième jour où nous étions au mouillage, nous sommes allés chercher Mamie à l'aéroport en bus. Quand nous l'avons vue, nous étions comme dingues, on sautait partout en criant "Mamie, Mamie, Mamie,...." Quand elle est sortie de l'endroit où elle récupérait ses bagages, elle nous a dit: " Oh, mes chéris,  comme vous avez grandi!". Nous sommes tous retournés ensemble jusqu'au bateau.  Nous nous sommes tous assis à l'arrière du bus pour être à côté les uns des autres et nous avons discuté.  Ensuite, une fois arrivés en ville, Mamie, après son vol, préférait marcher.  Après à peine un quart d'heure, Mamie a proposé une pralinée tout le monde s'est rué sur le ballotin. Arrivés à la plage, on est monté dans l'annexe avec la grosse valise. Papa nous y attendait après avoir fait les papiers. Une fois sur le bateau, Mamie a déballé ses trésors : pains mous,  crottes en chocolat, chokotoffs et paquets de Gouda! Ensuite, on est allé passer la fin d'après-midi sur la plage.

DSCN0556

Le lendemain, le gars du port nous a appelés car une place s'était libérée au ponton. On s'est retrouvé au milieu des bateaux de l'ARC qui preparaient avec effervescence leur transat! On a vite quitté les lieux pour se balader loin de cette agitation!  

 

 

Posté par sabineetjeansam à 14:28 - - Commentaires [10] - Permalien [#]


11 novembre 2017

Adresse postale décembre...

Toujours aux Canaries, pris par notre exigeant Beluga qui avait à nouveau besoin qu'on s'occupe de lui. C'est toujours plus long que ce qu'on croit mais on ne devrait plus trop tarder à mettre les voiles pour le Cap Vert. Du coup, j'ai prospecté et la marina de Mindelo est ouverte à la réception de colis. On y passera sans doute deuxième moitié de décembre, avant Noël... Sinon,ce sera juste après.  Y'a l'temps! Bises à tous!

BELUGA BOAT FAMILY PERROLLE COECKELBERGH

Cais da Alfândega Velha

C.P 1191 Mindelo Sao Vicente

Cabo Verde

Posté par sabineetjeansam à 13:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 novembre 2017

Rétrospective number Five

En attente d'une nouvelle fenêtre météo pour les Canaries depuis Madère, d'un vent un peu moins rafaleux, on fait du tri, on bidouille, on trucmuche et on replonge aux Bahamas qui nous avaient ébloui par sa lumière, son camaieu de bleu, une nature inégalée et ses alizés constants comme une date d'anniversaire qui revient chaque année!

 vers le Nord

Posté par sabineetjeansam à 18:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 novembre 2017

Balades en cascade!

Nous sommes à Madére, il est temps de vous raconter nos balades de Sao Miguel!

Grâce à José, nous disposions d'une voiture pour visiter l'île. On est donc allés se balader à Sete Cidades, une petite ville située dans le cratère d'un volcan. Des lacs formés par la pluie accompagnaient le paysage magnifique vu du haut d'une pente de cratère. On a continué la balade jusqu'à Mosteiros, près de la mer.

IMG_20171026_145801

IMG_20171026_150204

IMG_20171026_160207

Quelques jours plus tard, on a repris la voiture pour aller à Ribeira Grande, prêts pour une petite marche. Nous nous sommes garés et nous avons commencé la balade. Les 500 premiers mètres étaient un peu longs sur la route et avec la chaleur mais une fois arrivés près d'un gros tuyau vert nous sommes rentrés en pleine forêt. Le sentier est resté comme ça sur 200 mêtres en passant d'un côté à un autre du tuyau pour éviter les fougères trop envahissantes. Ensuite, nous n'avons plu vu ce gros tuyau pendant quelques temps puis nous sommes arrivés devant une petite maison blanche à côté de laquelle passait le fameux tube. Nous avons compris par la suite qu'il apportait de l'eau à une génératrice d'électricité depuis un barrage pour créer de l'énergie. Nous avons du prendre un escalier pour passer sur le gros tuyau vert et découvrir une magnifique cascade.

IMG_3975

 

On a pique-niqué avec les meilleurs pastels de nata des Açores en guise de dessert. On est descendu près de la rive et nous nous sommes baignés dans l'eau très fraîche. Après la balade, un goûter nous attendait à Ribeira Grande où toutes générations confondues profitaient du soleil sur une grande place... Nous avons ensuite rejoint nos pénates de Ponta Delgada.

Posté par sabineetjeansam à 11:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 novembre 2017

Rétrospective number Four, Haïti.

Je suis bien arrivé à Madère, dans la petite marina de Quinta do Lorde à la pointe de Sao Lourenço après une nav de 4 jours. J'ai bien carburé entre des nuages de toutes tailles et de toutes les couleurs, c'était chouette mais je crois que mon équipage était un peu crevé sur la fin...

J'vous publie une p'tite vidéo de mon passage à l'île à vache sur Haïti...

 

Pérégrinations nautiques d'une famille nombreuse, Haïti

 

Posté par sabineetjeansam à 19:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 novembre 2017

Halloween açoréen!

A Sao Miguel,  sur Ponta Delgada, nous avons  rencontré José, un moniteur de voile très gentil qui a aidé Papa  à trouver un aileron  pour la planche à voile .Nous l'avons revu plusieurs fois. Il nous a prêté  la voiture de sa femme et nous a invité à  une soirée Halloween. Le samedi 28,nous sommes donc allés à cette fête açoréenne. C'était le cousin de José qui l'organisait dans la maison de ses grands parents. Il y avait vraiment beaucoup de décorations. Le plafond était recouvert de toiles d'araignée en coton. Dans la baignoire , il y avait un corps qui avait du sang partout et une grande lame enfoncée dans le dos et du four à pain, on voyait sortir une paire de bottes!

IMG_20171028_215359

Il y avait une main glaçon dans la marmite de vin, des tarentule par terre, du sang sur les murs. Heureusement que ce n'était que des décors. Pendant l'après-midi on avait fait des doits de sorcière, des petits fantômes en tortillas et des minis-pizzas momies. Dans une salle de la maison? il y avait un buffet où toutes les  personnes posaient les choses à manger étranges qu'ils avaient apportées.  

Posté par sabineetjeansam à 09:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]