30 octobre 2017

Cheese!

Une fenêtre météo s'annonce enfin pour les Canaries. Cela fait maintenant plus d'une semaine que nous sommes sur Sao Miguel, la plus grande île du groupe oriental açoréen. Quand on reste trop longtemps quelque part, Beluga semble se transformer en studio où, avec cinq médaillés d'or quand il s'agit de mettre du bordel, les chaussettes bien fumantes de certains se retrouvent souvent sur le précieux oreiller d'un autre! Alors on a un peu hâte de retrouver le large histoire d'aérer tout ça...
On nous avait chanté les louanges de l'accueil açoréen, que ce soit notre guide nautique ou des navigateurs rencontrés sur les pontons. Mais, au coin des ruelles, les tontons locaux cloués au troquet semblaient davantage attendre la prochaine carte ou le prochain coup à boire que notre passage pour ouvrir leurs bras, bien croisés sous leurs épaules rentrées. Nos regards surprennent ceux, circonspects, de matrones vissées à leur appui de fenêtre et on les sent prêtes à jouer du rouleau à pâtisserie si le tonton cité ci-dessus rentre un peu tardivement !
On savoure cependant les dessins que forment les pavés noirs et blancs des trottoirs qui nous remplissent les pieds d'étoiles, de moulins, de cachalots ou plus simplement de formes géométriques organisées comme des parterres versaillais! On se perd dans des dédales de ruelles aux murs un peu décrépits coiffés d'anciennes tuiles romanes. On traverse une puis deux ou trois ou quatre rues et à chaque fois, la première voiture ralentit avec courtoisie pour nous laisser passer. On joue à cache-cache dans des parcs qui regorgent d'espèces végétales en tout genre, déposées ici par des explorateurs afin de les acclimater avant l'Europe. C'est un feu d'artifice préparé parfois depuis des centaines d'années et le bouquet final vaut le détour! On profite des aires de jeux ou des piscines naturelles où se côtoient darons-darones, grands kékés qui cherchent à épater les filles par leurs acrobatiques plongeons ou gentils morveux qui enfilent leurs brassards avant de s'engager dans des escaliers, protégés par l'oeil attentif d'une grand-mère dévouée. Après tout ça, on s'assied longuement à la terrasse d'un café. Coutume presque inexistante sur les côtes américaines avec laquelle on est très heureux de renouer. On sirote un expresso ou une bière aux lumières caressantes du soleil. Et on s'dit que malgré les matrones revêches des appuis de fenêtre  et leur bonhomme tout aussi peu commode de prime abord,  des gens qui pavent aussi bien les trottoirs pour le plaisir d'humbles semelles, qui prennent le temps d'orchestrer divers végétaux pour nos nez, nos yeux et nos oreilles -les feuilles d'un palmier ne bruissent pas comme celle d'un Ginko et puis, il y a des myriades d'oiseaux bavards là-dedans- , des gens qui mêlent aussi bien les générations, ont très certainement une certaine maîtrise de l'art de vivre et de l'art de vivre ensemble! On n'est pas mal avec notre bière ou not'café au milieu des conversations animées, même si parfois un gros grain automnal redistribue un peu les cartes. Alors on sourit. On sourit dans le vague, un peu à tout ça. Et voilà que la matrone d'en face saisit de son oeil farouche notre sourire et...  nous le renvoie! Ce ne sera pas le dernier. 

 

IMG_20171029_165115

Posté par sabineetjeansam à 23:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


27 octobre 2017

En slip sous les Tropiques...

En slip sous les Tropiques!

Posté par sabineetjeansam à 19:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 octobre 2017

Chasse à la baleine...

A Pico, les habitants de l'île étaient des baleiniers. Ils n'étaient pas exclusivement des chasseurs de baleines. Ils pouvaient être coiffeur, boulanger, agriculteur et même joueur de foot.

Pour repérer les baleines, une personne s'occupait du poste de vigie . Quand il voyait un banc ou un souffle grâce aux jumelles, il signalait par radio aux autres baleiniers la position des baleines grâce à un compas et une plan quadrillé de la baie. Pour être sûr que les autres écouteraient la radio, il envoyait d'abord une fusée. Ils pêchaient sur des baleinières en bois d'environ 10 mètres de long, à voiles et à rames.

IMG_20171008_150947

Pour atteindre le banc, ils étaient remorqués par un plus grand bateau à moteur. Une fois sur place, ils installaient le mat et hissaient les voiles qu'ils affalaient une fois tout près des proies. Le harponneur sortait un harpon, l'amarrait à une grande longueur de bout' et le lançait dès qu'il pouvait, sur la baleine. Cette dernière tirait la baleinière à grande vitesse une fois que tout le bout' avait filé. Quand elle était épuisée, les pêcheurs l'achevaient avec des lances. Le harpon servait donc à relier la baleine au bateau et la lance servait à la tuer.

IMG_20171008_151054

Ils plantaient ensuite un drapeau rouge pour aller en chasser d'autres et la retrouver facilement après.

De retour au port, ils mettaient leurs prises sur la cale à l'aide de la marée près de l'usine de tranformation. Quand ils en capturaient une, rien n'était perdu. La graisse était transformée en huile qu'on utilisait au début surtout pour s'éclairer. La viande était utilisée pour se nourrir. Les os et les dents étaient gardés pour plein d'usages différents.

Plus précisément, ils gardaient les os pour en faire des outils de navigation ou des jeux divers, nous avons vu un magnifique jeu d'échecs, un joli jeu de dominos et du mobilier de poupée. 

IMG_20171008_150650

Ils faisaient aussi des modèles réduits de bateau et de moulin. Ils savaient les travailler finement, ils faisaient des colliers, des bracelets, des porte-plumes, des cannes et encore un millier d'autres choses toutes plus fines les unes que les autres !

IMG_20171008_150448

Nous avons appris tout cela en visitant le musée de la baleine de Lajes où étaient exposées toutes les merveilleuses choses que je viens de vous citer !

 

IMG_20171006_164009

 

MARJANE ET MALO

Posté par sabineetjeansam à 11:54 - Commentaires [4] - Permalien [#]

24 octobre 2017

Rétrospective, number three!

Toujours aux Açores, dans l'attente d'une fenêtre météo qui se fait désirer... Le temps passe entre l'école, les randos, les bobos de Beluga et... en faisant des p'tites videos! Rétrospective number Three, la transat... Il ne nous restait hélas que deux vidéos de ces 12 jours d'Atlantique, notre tablette nous ayant mystérieusement joué des tours de corbeille intempestifs! 

TRANSAT

TRANSAT

Posté par sabineetjeansam à 14:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 octobre 2017

Rétrospective, number two...

Vers la vie en slip...

 

Vers les Tropiques 2016

Posté par sabineetjeansam à 14:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


20 octobre 2017

Rétrospective, number one!

On a eu un peu de temps à passer au port à cause de Dame Ophélia! J'ai découvert Movie Maker... Petite rétrospective de notre première année en cours! Voici le premier morceau. Le deuxième n'est pas loin des starting blocs!

Vers les Canaries...

 

Posté par sabineetjeansam à 16:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 octobre 2017

Escapades açoréennes...

Nous sommes restés à Horta environ 15 jours et pour changer d'endroit avec Papou et Moumoune, on a décidé d'aller à St-Jorge, une île à vingt milles nautiques de Faïal. Nous sommes partis de la marina tranquillement et une fois sortis de la baie, nous avons hissé les voiles.

IMG_3597

La navigation s'est passée normalement et nous sommes arrivés dans la petite marina de Velas. En remontant la ligne de traîne, Marjane a posé un petit maquereau espagnol sur la jupe arrière qui avait mordu à l'hameçon. Je l'ai vidé et Papa nous a préparé un bon petit plat.

Le lendemain, nous sommes partis en exploration. On a trouvé un petit resto sympa pour manger un morceau et en passant Maman a vu une boîte de location de voiture. En cinq minutes, on avait nos deux petits voitures de cinq places. On est partis de Velas en destination de piscines naturelles, des bassins formés par des coulées de lave et l'érosion.

IMG_3647

Une fois là- bas, on s'est baigné dans une eau magnifique. Nous sommes ensuite repartis pour Velas par le chemin des crêtes dans la brume et le vent frais.

IMG_3714

Nous avons vu de loin la montagne de Pico qui perçait les nuages. C'était très beau. Au petit matin, nous sommes repartis de la marina pour aller faire une petite marche de 9 km dans l'île. La balade était magnifique, nous avions très souvent une vue sur la mer turquoise et la végétation était extraordinaire.

IMG_3892

Mais ce que l'on retiendra de St-Jorge, c'est surtout son délicieux fromage qui alimente les Açores.

ui alimente les Acores.

Posté par sabineetjeansam à 14:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 octobre 2017

Généreuses trombines...

Voilà presqu'un an que je quittais le Finistère et m'engageais dans un golfe de Gascogne un peu tourmenté en ayant abandonné un pilote automatique récalcitrant sur les pontons bretons. Jean-Sam et Sabine avaient barré non-stop et savouré la mer. Mais il nous fallait tout de même un barreur en plus! Ils ont opté pour Zizou le régulateur! En arrivant à la Corogne, ils ont fait appel à vous tous, les gens, petits ou grands, rêveurs ou terre à terre, proches ou plus lointains, navigateurs ou terriens, enthousiastes ou sceptiques mais tous généreux... 

Grâce à vous, Zizou a pu monter à bord... Et on a aussi pu faire face aux autres aléas (lala) que réserve le voyage. Alors voilà, grâce à vous, on entame notre deuxième année, on repart vers le Sud au lieu d'avoir pointé notre étrave au Nord! 

Merci à vous tous... Anma et Laorz, Gaëlle, Seb et Céline, Marthe, Ann-Marie, Karine, Yula et Maïan, François, Anne, André et Monique, Yvette et Roger, Paul et Jeanne, Julien, Carole, Mathieu et Anne, Quentin et Maria, Hubert, Alan et Anaïs, Yves, Marco et Bleuenn, Papa, Alain, Julos et Mélanie, Cécile, Elly, Mélanie, Sylvie, Maïna, Anne-Fré, Edith, Teddy et Mélissa, Eléna, Christina et Ricardo, Camille, Charlotte, Fred, Edwige, Bob et Françoise, Karen et Ban. Je crois n'oublier personne. 

Il reste de la place sur le trombinscope et à mon bord! Si vous voulez embarquer dans ce petit projet familial, n'hésitez pas! 

regulateur

Force 0,  pétole   jusqu'à  5 euros. Contrepartie : notre infinie reconnaissance.

Force 2,  légère brise jusqu'à  15 euros. Contrepartie : notre infinie reconnaissance et votre photo sur notre site.


Force 4, jolie brise   jusqu'à 25 euros. Contrepartie : notre infinie reconnaissance, une carte postale de tout l'equipage à une escale de notre voyage, votre photo (si vous voulez) sur notre site.

Force 6, vent frais jusqu'à  50 euros. Contrepartie : notre infinie reconnaissance, trois cartes postales envoyées des escales les plus étonnantes de notre voyage, votre photo (si vous voulez) sur notre site.

Force 8, coup de vent jusqu'à 100 euros. Contrepartie : notre infinie reconnaissance, trois cartes postales envoyées des escales les plus étonnantes de notre voyage, votre photo (si vous voulez) sur notre site et un colis surprise avec une babiole rigolote d'un pays visité. 

Force 10, tempête, 250 euros. Contrepartie : notre infinie reconnaissance, trois cartes postales envoyées des escales les plus étonnantes de notre voyage, votre photo (si vous voulez) sur notre site, un colis surprise avec une babiole rigolote d'un pays visité et un we à bord.

Force 12, ouragan, 1000 euros. Contrepartie : notre infinie reconnaissance, trois cartes postales envoyées des escales les plus étonnantes de notre voyage, votre photo (si vous voulez) sur notre site, un colis surprise avec une babiole rigolote d'un pays visité et une semaine à bord.

 

VOUS POUVEZ EFFECTUER UN VIREMENT DIRECTEMENT SUR NOTRE COMPTE DE VOYAGE : 

Titulaires du compte : Coeckelbergh Sabine et Perrolle Jean-Samuel - Cosquinquis 29190 LENNON

IBAN : FR76 1380 7001 4430 4194 5919 705

BIC : CCBPFRPPNAN

OU PASSER PAR NOTRE COMPTE PAYPAL :

https://www.paypal.me/bugaledebeluga

Posté par sabineetjeansam à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2017

L'appel de la terre...

La dernière amarre frappée sur le quai de Flores, c'est d'abord l'immobilité relative qui surprend le corps.

IMG_20170918_183433

Tu pénètres dans le bateau... Plus rien de bouge. Une porte de cabine reste étonnament entrebaillée, elle ne finit pas dans un claquement lapidaire après un mouvement de gite. Les assiettes et casseroles ne grelottent plus dans le fond de l'évier. La poulie qui grinçait comme l'armoire de chez mémé, l'eau qui s'écoulait comme un torrent le long de la coque, le vent qui battait les pavillons et les vagues le pont... Tout cela se tait, se noyant dans un silence presque feutré. Même l'éolienne ne s'emporte plus en tournant ses pales d'un côté ou de l'autre comme une grande dame vexée pivoterait en faisant claquer ses talons. A terre, on dirait un de ces jours de neige, un de ces jours où les sons s'emmitoufflent dans un velours délicat. Au bistrot, au sommet d'une côte, on attend une bière fraîche tandis que la serveuse repart avec un plateau chargé de tasses qui tremblottent dans leur soucoupe. La capsule qu'on libère laisse se dégager un sifflement de fraîcheur. Les voix alentours effleurent nos oreilles encore chargées des humeurs bruyantes de la mer. C'est caressant. Les sourires aussi le sont. Des pneus qui crissent sur le bitume et un pot d'échappement qui fulmine au loin écorchent à peine notre quiétude. Nos narines ont renoué avec les parfums des fleurs depuis le large déjà et l'odeur de la mer à marée basse nous a saisi sur le ponton. Plus loin, il y aura d'autres fleurs encore, le graillon et la fumée de clope. Les mômes courent, courent et courent... 

IMG_3454

 

On ne restera pas longtemps sur Flores. Une seule journée complète où le temps a passé entre silence et immobilité. C'était pourtant une des plus belles îles de l'archipel... On y reviendra. Beluga repart pour une nav de nuit vers Horta. La fenêtre météo est la seule de la semaine et Malin, un autre bateau où se nichent des copains, y est déjà. La nuit sera sans doute un peu celle de trop après les douze jours de traversée. Une des seules où l'envie d'arriver est plus forte que le plaisir d'entendre chanter la vague d'étrave. Pourtant elle se donne. Beluga trace dans la nuit sans lune au bon plein avec un vent de 25 noeuds. Mais on avait encore envie d'horizons inertes et de gazinière qui ne joue pas aux balancelles! A l'arrivée, Vincent vient à notre rencontre en planche à voile et les bras de Marthe s'ouvrent plus grand qu'un soleil qui s'endort. Yoko est là elle aussi. On se trouve ou se retrouve. 

IMG_3403BW

Il y aura du tarot, de la baignade ou des sentiers de randonnée. Des p'tits restos, des longs apéros, des casse-dalle ou un barbec' sur le quai. On parle, on se raconte.

 

IMG_3591

 

IMG_3555

Y'a des moments d'avant qui émergent parfois. Des bouts de Bretagne fleurissent sur le quai d'Horta, au milieu des graffs des voyageurs. Maintenant, c'est Cosquinquis qui a atterri depuis quelques jours. On évoque les noix qui tapissent la cour, la pluie qui s'abat sur les toits, les oeufs qu'on découvre au fond du poulailler. On renoue avec le sacre du café et toutes ces petites choses que le voyage avait fait déserter.

22163856_10213490179116147_715374306_o

Alors un peu comme les sirènes, ces petites choses, qui nous manquent, nous font de l'oeil et du pied! On n'est pas loin. Malin repartira pour le Nord lui. Beluga fera pointer son étrave vers le Sud. Il faudra que la mer soit belle et fasse retentir plus fort le chant de son étrave que celui des sirènes, ou que famille et copains déboulent à nouveau pour que ces petites choses ne nous manquent pas trop...

Posté par sabineetjeansam à 17:13 - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 septembre 2017

On n'est pas des puffins!

Beluga a quitté saint-Pierre mardi 5 septembre. On avait envisagé de rester sur ce bout de caillou français une petite semaine, de s'y balader, de se poser un peu et de laisser décanter le choix de notre route future. Mais la lucarne météo qu'on avait sentie depuis Terre Neuve est devenue veranda ensoleillée. Donc après une trop brève journée bullage et balade sur l'île aux chiens, branle-bas de combat. On se prépare au cas où, en laissant passer le coup de brafougne annoncé pour lundi. Le retour du 220V nous remet le bateau d'équerre : notre aspirateur rugit à nouveau, lui qui était contraint au silence depuis les eaux bahamiennes. Il avait de quoi se remplir les entrailles, vous imaginez bien! Avitaillement, pleins d'eau et de gasoil. Entre deux, un bout de baguette garni de calendos! On est prêt. On hésite. L'atlantique nord nous impressionne. Olbia, un autre bateau français, nous pousse un peu la poupe. Le centre Météo France de l'aéroport confirme la fenêtre. Irma, le cyclone en cours mourra sur la Floride et son 'petit', qui deviendra plus tard, le grand José, ne devrait pas être sur zone avant une bonne grosse semaine. Alors on largue les amarres en même temps qu'Olbia, qui lui, visera Douarnenez!

IMG_3163

 

Route au 90 pour éviter le barrage anticyclonique qui s'étend au sud avec une grosse zone de pétole. Alors qu'on devine encore un peu Saint-Pierre et Terre Neuve, à quelques longueurs à peine, une baleine courbe l'échine, lentement... On prend ça comme une invitation au retour auquel on aspire déjà à peine partis. Il y aura d'autres souffles au loin, une dernière nageoire caudale et la température de l'eau ne fera que chuter. La nuit, nos mains se blottissent dans des gants qu'on avait presque oubliés et nos têtes dans leur bonnet. Le thermomètre du bord était-il déjà descendu si bas? L'eau était à dix degrés, l'air on ne veut pas savoir. Le Sud Ouest soufflait, faisant suer de brumes épaisses les eaux froides des bancs de Terre Neuve. On devinait parfois le soleil ou la lune. Parfois.

IMG_3169

Mais ça grouillait de vie. Des dauphins nous saluèrent de nage en piqué roulé boulé. Et il y a eu les oiseaux. Des petits oiseaux noirs, improbables, qui volent presque comme des papillons. On les avait vus déjà en traversant le golfe du Maine. Là, la nuit, la nuit seulement, ils voletaient autour de nous et nous maintenaient éveillés par leur incessant barouf qui résonnait comme un printemps à la campagne. Il y a eu les fous encore et toujours. Mais attention, ça bosse un fou. Ça trace sans jeter une oeillade. Jamais un fou n'est venu batifoler autour de nous. Et il y a eu les puffins beluga friendly, coup de coeur de l'année! Il nous a fallu trois jours pour laisser derrière nous les bancs. Trois jours pendant lesquels on s'est plus d'une fois demandé comment ils faisaient les mecs, il y a pas si longtemps, pour venir pêcher la morue, ici, en plein hiver... avec des doris à rames, parfois à des jours de leur bateau-mère. Nous, on se calfeutrait dans notre cabane flottante en sortant de temps en temps pour voir si la brume s'était évaporée, un thé fumant entre les mains.

Dimanche, notre Gillot Petre nous annonça qu'on pouvait descendre en loffant pour anticiper le retrait de l'anticyclone. Le roi des Açores allait en effet laisser de la place à une perturbation venue du Sud. On s'est demandé si c'était pas un copain ou la fin de l'autre 'petit' qui suivait Irma... Beluga pointait enfin Flores, navionics nous annonçant une arrivée dans quatre jours. A l'intérieur, on se fait à une vie à bord au près, à laquelle on avait peu gouté jusqu'ici. Le vent est encore souffle caressant et la mer comme en sommeil. On range cependant puzzle et chateaux de cartes.

IMG_3175

On s'empare des mammifères marins qu'on décline en dessins et le jeu d'échec aimanté reste vaillant.

IMG_3188

Les mouvements du bateau restent doux. Mais la perturbation arrive... Le vent forcit et se fait refuseur. Que nenni... passeront pas! Beluga chevauche les vagues qui lui font face, monte et descend du rostre tout en gitant de plus en plus. Mercredi et jeudi, il s'est carrement mis en colère. Soufflant d'abord à 25-30 noeuds, puis à 30, flirtant avec les 40 en rafales sans jamais les étreindre. Merci à lui! Le foc détrône la trinquette. Pour la première fois depuis notre rencontre, la GV prend un troisième ris, n'offrant plus qu'un maigre triangle blanc au vent. Les corps essayent d'anticiper les mouvements plus secs de Beluga. Lui et Zizou font tout pour ne pas enfoncer des pieux dans la mer qui se creuse de plus en plus. Mais parfois ça claque et moi, ça me faisait mal, le gréement qui encaissait chaque marche ratée. On range les mammifères marins et les crayons aussi. Petits et grands assuraient chaque pas en s'appuyant ici ou là. T'as intérêt à toujours avoir une main libre ou presque sinon, c'est un coup à s'retrouver avec une empreinte nasale ou dentaire dans les vaigrages! Un assiette ou un bouquin mal calé volaient parfois, finissant dans un grand paf de l'autre côté du bateau. Est venu le moment où Beluga en a eu marre de tirer des bords carrés dans une mer plus que formée. Nous aussi. On a fait le gros dos après maintes tentatives de route infructueuses. On s'est mis à la cape, le temps que ça passe. Certains grains, d'après le radar, couvrait jusqu'à six milles. Il y a eu des éclairs, au loin. Beluga encaissait les vagues qui s'écrasaient avec force sur le pont. Il s'inclinait sous le vent dans les rafales alors que l'anemo s'emballait. La pluie faisait comme des milliers de danseurs à claquettes au-dessus de nos têtes. Presque deux nuits ont passé comme ça. Attendre. On essayait de repartir parfois... mais c'était pas la peine. La distance parcourue ne valait pas l'effort.

IMG_3206

Un petit matin, le vent a tourné à droite, enfin essoufflé par son trop plein de rage. On est reparti, ayant envie de relancer de la toile mais craignant encore un peu les grains retardataires. Le vent avait tourné mais pas la houle, que Beluga recevait de face... il lui fallait des forces. Fallait tomber le foc pour la trinquette, au moins la trinquette... Le jour s'est levé, les yeux se nichant dans leurs poches frappées par une plus forte gravité que de coutume. T'as le teint blême d'un contrôleur de la RATP et l'énergie d'une caillou. Tu sors le sac. Tu le traines sur le pont jusqu'à l'avant. T'as juste l'impression de tirer un âne mort et de te déplacer comme un éléphant. Tu saisis les mousquetons du foc. Tu peines à les desendrailer. Ton équilibre est mis à mal par les mouvements désordonnés de la mer sur laquelle tu poses le regard. Juste pour respirer, un peu... Et là, tu vois un puffin frais comme un gardon, planer au loin, avec la légèreté d'une feuille qu'emporte l'automne. On n'est pas des puffins! C'est pas notre monde ici... Mais que c'est beau, un puffin!

IMG_3233

Posté par sabineetjeansam à 13:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]