06 mars 2017

Tortuga!

Bon, la voilà enfin! On est dans un mouillage où il n'y a que nous hormis trois ou quatre bateaux de charters ou de location vides et en plus, on a de la connexion depuis la bateau. Les tortues ne pouvaient que débarquer!

Pour Val et Geo, le mouillage, c'est Potatoe bay à St-Kitts! On vous refilera la code WIFI si vous voulez!

Tortuga!

Posté par sabineetjeansam à 01:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 mars 2017

Une famille savoureuse...

20170301_154609

Bon, il y en a certainement plein d'autres des trucs qui portent ce nom! C'est à chaque fois rigolo tout de même, hein Johnny Murray !   

Posté par sabineetjeansam à 19:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Alpha Blondy joue presque de la cornemuse!

Ca y est, j'ai levé l'ancre de la Guadeloupe. J'ai remonté la côte sous le vent... Je m'y suis fait flatter la croupe par quelques tortues à la pointe de Malendure qui, heureusement, cette nuit là, portait mal son nom : j'ai juste un peu roulé et supporté quelques douces colères du vent. A l'aube, ils m'ont emmené barboter à la réserve Cousteau qui était juste en face, sur les ilets aux pigeons. A nouveau, des myriades de poissons en tout genre sont venus faire les curieux autour de ma coque pour le plus grand plaisir de mon équipage ! Puis, j'ai passé une dernière nuit à l'anse de Deshaies où des bars surplombaient la plage tout en laissant s'évader des odeurs de barbaque grillée qui faisaient saliver jusqu'au plus petit moussaillon du bord...
On a mis le cap le lendemain vers des îles où l'anglais est de mise, un anglais tout aussi épicé que le français de Guadeloupe !
D'abord Montserrat, encore un île volcanique qui m'a quelque peu impressionné ! En approchant par le sud, on voyait le monstre, toujours actif mais en sommeil pour le moment. Il avait mis, pour l'occasion, un chapeau de nuages gris et blancs qui aurait fait pâlir de jalousie la plus coiffée des bretonnes ! Au Sud, on voyait encore ses anciennes coulées de lave qui avaient dévoré en 1995 Plymouth, l'ancienne capitale et des communes alentours...

BLOG7

 

Sur la carte, il y a toute une zone interdite qu'il est fortement déconseillé d'écumer du bout de son étrave avant de s'être renseigné auprès des autorités.  Bref, ça faisait un peu île fantôme. Y'en a un qui s'est tout de même éclaté malgré le côté lugubre du coin !

BLOG14

On est resté une nuit seulement... Je crois que le but était d'arriver assez vite ailleurs car du vent était annoncé.


Ils m'ont donc à nouveau réveillé au petit matin pour viser Nevis... Le vent soufflait déjà bien, on m'a habillé de ma trinquette. On a passé Redonda,un gros cailloux tout seul!

BLOG13

 

Et un nouveau volcan s'est dessiné sur l'horizon. Il m'avait l'air plus sympathique, emmitouflé dans une forêt généreuse.Mon ancre s'est posée sur un fond de sable ni noir ni blanc... Un peu entre les deux. Il était tout doux. La plage bordée de cocotiers était parée de quelques promeneurs. C'était plus accueillant que Montserrat !

BLOG11

Puis, on est parti pour St-Kitts, la jumelle de Nevis. Le vent soufflait encore bien. C'est le foc qu'ils ont sorti pour l'occasion ! Le vent tournait autour de 25 nœuds, je filais tout de même à 6 nœuds au bon plein. Au mouillage, le vent soufflait encore bien et quelques nuages gris bien rembourrés ont même amené des belles averses et des jolis jeux d'ombre et lumière sur les collines rebondies qui entourent le lac salé du Sud de l'île... Il a presque des airs de loch. D'ailleurs, si le thermomètre n'était pas aussi généreux,  si on troquait les pélicans bruns contre des macareux, les bonnets verts-jaunes-rouges contre des kilts et Alpha Blondy contre une bon vieil air de cornemuse, ce périple aurait presque des airs écossais ou irlandais.

Posté par sabineetjeansam à 18:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 février 2017

On plonge!

Hier, Beluga est allé à un mouillage. Quand nous cherchions une place pour mouiller, nous avons vu une carapace de laquelle est sortie une tête de tortue! C'était très étonnant. Dès que le bateau s'est arrêté, on a piqué une tête pour aller à la recherche des tortues de mer. On en a vu au sol, on aurait dit qu'elles broutaient les algues rases qui ressemblaient un peu à de l'herbe et d'autres qui remontaient très lentement à la surface. Leurs mouvements doux ressemblaient un peu à la brasse. On ne sait pas trop si elles voulaient y respirer ou juste faire les curieuses...

DSCN9957


Le lendemain matin, vers 6h00, nous avons levé l'ancre pour aller à la réserve Cousteau qui était juste en face. Là,  il y a deux toutes petites îles. Pour nous réveiller, nous avons mangé un oeuf au pain et une tartine grillée à la poêle préparés par Malo. Ça sentait bon! Après, maman a sauté à l'eau, puis Fanch et moi. Au début,  j'ai eu un peu peur tellement il y avait de poissons autour de moi. Il y en avait de toutes sortes, des grands, des petits, des longs, des courts, des fins des gros et de toutes les couleurs. Je me suis un peu habituée même si le fond de l'eau continuait un peu à me faire peur...

BLOG3


Tous ensemble, avec papa, maman, Malo et Fanch, on est allé sur une toute petite plage de l'île...BLOG5

BLOG2

BLOG12

DSCN9970

 

BLOG8

Le sable y était blanc et un peu gros, c'était du corail broyé. En revenant, nous avons vu des gros poissons qu'on a appelés arc-en-ciel tellement ils étaient colorés : ils avaient du mauve, du jaune, du vert, presque tous les bleus et les paupières bleues turquoises !

BLOG4

DSCN9970

BLOG10

 


C'était deux merveilleuses journées... Ça donne envie de plonger encore!

 

Ona u e super video avec les tortues mais on ne parvient pas à la poster ! 

Posté par sabineetjeansam à 22:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 février 2017

Un anniversaire pêchu...

Bon, notre Fanchou était évidemment au taquet pour ses huit ans... La journée a commencé par le deballage du colis de Moumoune avec la chat bus qui a réjoui tout l’équipage, puis sont arrivés Valentin et Geoffroy, nos nounous nautiques de la mort qui tue avec une canne à pêche et une avalanche de bonbons que tout le monde a dégusté en jouant à Citadelle, aux échecs, à puissance 4 ou au tarot... On se serait cru avec des potes  de toujours dis donc! Fanch a passé pas mal de temps avec sa canne à sautiller au bord de l'eau pour traquer des poissons pour Spika, la petite chatte de nos acolytes.

Puis on a lu tous vos messages, sur les réseaux sociaux ou sur notre blog... Joie et bonheur du nimbus qui vous embrasse tout autant que vous...

Rassemblement de doudous qui font connaissance avec le chat bus et Spika qui se goinfre à l'avant plan...

Posté par sabineetjeansam à 17:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


Des babysitters en or...

Depuis presque une semaine, nous sommes à la marina Bas du Fort, à Point-à-Pitre... Il paraît que cettte ville s'appelle comme ça car il ya longtemps, un hollandais est venu s'installer là et c'est  devenu la pointe à Pieter!

On en a profité pour nettoyer le bateau et le remplir à nouveau d'un avitaillement bien gonflé.
On a vu Hugo, le « deuxième » frère de papa. On a été chez lui... Pendant les adultes discutaient et trinquaient, on a regardé des films en mangeant du pop-corn.
On a été à la plage de bois Jolan... C'était nos premières baignades en lagon...

DSCN0016

DSCN0049

Il y avait une zone de basse profondeur puis ça redescendait entre 5 et 1à mètres avant de remonter au niveau de la barrière de corail. On y a observé beaucoup de poissons différents. Ils étaient souvent très colorés et à peine craintifs ! On a pu les prendre en photos et les filmer!

DSCN0025

DSCN0041


On a retrouvé le bateau Alcion avec Valentin, Geoffroy, Yoann, Hugo et Marianne. Le soir où Hugo et Marianne sont repartis en avion, ils sont venus à bord pour nous garder pendant que maman et papa prenaient du bon temps ! On a regardé les Goonies en mangeant des pâtes au lait... C'était trop cool. Ils sont revenus souvent à bord, pour jouer au tarot ou à Citadelle... Ils m'ont aussi aidé à monter ma ligne. Ils venaient même avec Spika, leur petite chatte qui est vraiment trop mignonne !
On a bien profité d'eux et on a vraiment hâte de les retrouver un peu plus loin sur la route... Ils étaient là pour l'anniversaire de Fanch et lui ont offert une petite canne à pêche.

IMG_1426

 

Sur la photo, on voit Valentin et Geoffroy. Yoann est retourné en métropole hélas ! 

Posté par sabineetjeansam à 17:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 février 2017

Attention, lambins!

IMG_1226

Le long des routes de Marie-Galante et d'ailleurs en Guadeloupe!

Posté par sabineetjeansam à 14:09 - Commentaires [7] - Permalien [#]

15 février 2017

Trois étoiles pour Gino

On est sur Marie-Galante depuis une semaine... il fait beau et chaud. Nous avons fait deux randonnées : l'une dans une forêt et l'autre le long de falaises. Dans la forêt,  des racines énormes d'arbres encore plus énormes sortent de terre... on en a escalader pour passer! On a vu un petit truc bizarre : des Bernard l'hermite en pleine cambrousse!

IMG_1083

On a vu d'immenses champs de canne à sucre qui sont exploités par de grandes distilleries. Ici, le rhum est presque moins cher que l'eau et il est très fort. Enfin, c'est ce que j'ai compris, je n'ai pas goûté!

IMG_1068

Nous avons vu pas mal de vaches et de taureaux dans la campagne, des chèvres aussi un peu. 

IMG_1341


On va souvent à la plage... et il suffit de prendre masque et pslmes et de nager un tout petit peu pour voir des poissons et des oursins.


Ce que je retiendrai de Marie-Galante, c'est qu'il fait beau et chaud et que les pizzas sont exquises chez Gino près du port! 

Posté par sabineetjeansam à 23:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

14 février 2017

Un bug...

On vient  de se rendre compte qu'on a perdu toutes nos vidéos de la transat! Heureusement qu'on avait posté les deux du dernier article avant cette disparition inexpliquée. Il en reste peut-être une deux sur un autre support.

On est un peu dégoûtés, mais les images restent dans la tête... Donc on s'en remettra. On vous laisse avec les photos choisies du coup...

Gros bécots à tous!

Posté par sabineetjeansam à 20:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 février 2017

La houle, c'est tantôt haut tantôt bas!

J'ai quitté Mindelo mardi 24 janvier en début d'après-midi. Enfin, c'est ce que me dit le livre de bord tenu par mes chefs de bord aussi scrupuleusement qu'un inspecteur des impôts qui croit que l'argent du contribuable est le sien tient ses registres...
Ça soufflait bien dans le chenal qui sépare Santo Antao et San Vincente. On filait à plus de six noeuds sous trinquette et deux ris dans la GV. Mais, Santo Antao, c'est un peu la Tenerife du Cap Vert. L'île a un sommet qui n'a rien à  envier au Pic du Teide espagnol! Il me toisait de ses 1979 mètres de haut et surtout, m'a cassé les généreux Alizés  jusque tard dans la première nuit. J'étais sous son vent à ce satané sommet. Remonter le chenal pour passer au vent de l'île nous aurait obligés à faire du près dans une mer désagréable...
Bref, première nuit un peu frustrante...

Mais au petit matin, on ne distinguait plus Santo Antao et l'air hautain de ses hauteurs n'avait plus d'emprise sur le vent. Des poissons volants virevoltaient autour de ma coque.

IMG_1411

Ils m'ont toujours bien fait marrer ces individus qui semblent hésiter entre l'air et l'eau. Certains maîtrisent les deux éléments et réussissent des slaloms étroits entre des vagues rapprochées tout en caressant de temps en temps du bout de leurs ailes l'eau bleue. D'autres, peut-être plus jeunes, peut-être simplement très peu habiles, étaient à peine sortis d'une vague écumante qu'ils se prenaient la suivante en pleine face et s'arrêtaient telle une mouche qui se prend un pare-brise.

A bord, chacun prenait ses marques. Le temps était à nouveau rythmé par la vie des quarts. Ils avaient opté pour une tactique en 3-2-2. Ils commencaient par trois heures de veille et de sommeil puis deux et deux. Les levers et couchers de soleil balançaient tout cela. Le pain aussi, a fait son apparition au bout de la troisième ou quatrième nuit. C'est Jean-Sam qui s'y collait... et à la fin de son quart du petit matin, ça sentait la boulangerie dans le bateau,  avec un pain tout chaud qui sortait du four. Le déjeuner et le goûter étaient également des moments chaque fois attendus et marqués. J'ai vu défiler des burgers, des darnes de bonite fraîchement pêchée, des crêpes, des pizzas, des gâteaux au chocolat,  du stoemp, du gâteau au yaourt, de la soupe froide de betterave rouge, des pancakes...

IMG_1410

Bref, c'était presque Top chef à bord  gaque jour. Les mômes ont fait des cabanes de doudous improvisées ici et là dans mon ventre, ils ont joué aux capsules... Ils sont dingues des capsules et les collectionnent à plus soif,  ils seront incollables sur les bières de chaque pays à la fin du voyage ! J'espère que cela ne va pas heurter l'éducation nationale! Et donc, ils s'inventent des jeux auxquels le plus expert des gamers ne comprendrait sans doute rien de rien! Ils ont essayé de toucher du bout de leur pied ma vague d'étrave qui n'en finissait plus de chanter... Ils ont bouquiné pas mal. Après le réveil,  même Fanch prenait un j'aime lire et le lisait à haute voix, lové dans les bras de sa mère. Ils ont très peu regardé de films et les jeux numériques sont toujours interdits de bord! Bref, c'était plutôt sympathique.  

En fin de première semaine, assez rapidement en fait, le vent s'est établi autour de 25 noeuds, parfois plus, parfois moins. La houle a pris de l'embonpoint et écumait de partout... La mer est devenue forte et, peu à peu, elle est même passée à grosse. Je dévalais des collines d'eau bleue. Ça déferlait tout autour...

IMG_1417

C'était surtout la nuit que le vent se faisait capricieux, avec des grains qui amenaient des rafales et même de la pluie parfois. Ils ont joué avec ma garde-robe comme ils aiment bien faire dans ces cas-là... Je suis passée à trois ris dans la grand voile et trinquette... Puis, ils ont carrément fait tomber la GV et ne m'ont laissé que la trinquette à l'avant. Très vite, le génois tangonné est venu lui tenir compagnie. Moi, j'étais bien. On a bien rigolé avec Zizou. C'est un sacré équipier, en or même! Je salue à nouveau au passage ceux qui  l'ont aidé à embarquer avec nous d'ailleurs! Je me bouffais presque 150 milles par jour.

Mais, ça tire sur la couenne de l'équipage  ce genre de condition...   Mes mouvements parfois rendus brusques par ceux de la mer, étaient susceptibles d'envoyer dinguer n'importe quel sumo d'un bout à l'autre du carré ! Tout devient compliqué et exige des efforts... Faire à manger, ranger, faire pipi ou plus gros, se faire une toilette de chat, se brosser les ratiches, s'habiller pour la nuit, s'habiller pour le jour. Alors est arrivée la fatigue... surtout en fin de deuxième semaine. Les mômes mettaient moins le nez dehors et avaient moins de ressort. Les conflits ont, à l'instar de la houle, pris de l'embonpoint ! Mais entre les enfants uniquement. Entre Sabine et Jean-Sam, c'était un peu comme entre Zizou et moi!  Le temps leur est devenu un brin plus long,  aux petits monstres... La seule chose qui les mettaient encore en mouvement, c'était ma vague d'étrave et son écume ou leurs capsules.

Ma vague d'étrave, par Beluga, Maracuja 42


Les relèves de quart étaient plus douloureuses, avec un sas de passation de plus en plus court. La joie de celui qui allait se coucher était proportionnelle au dépit de celui que l'alarme de la tablette arrachait à ses rêves! Certains gestes devenaient automatiques... J'ai par exemple surpris Sabine en train d'essayer d'allumer ses lunettes de soleil qui reposaient sur sa tête,  à l'endroit même où la frontale séjournait la nuit.
Mais l'océan étalait chaque jour un doux camaïeu de bleu clairsemé des colères de l'écume et le vent permettait à l'eau de fredonner vitesse et bercement  le long de ma coque. Tous les deux, ils parvenaient à captiver les troupes et à faire du point sur la carte l'épisode d'une série aussi captivante que Game of throne...

Alors est venu un jour, le moment où je suis entré dans le dernier carré de la carte, le moment où j'ai passé le fuseau horaire de la Guadeloupe, le moment où il ne restait que 100 milles, le moment où mon étrave a découvert une langue de terre,  le moment du dernier souper et celui du dernier petit-déjeuner, le moment où on a allumé le moteur, le moment où on a affalé la dernière voile à poste, le moment où les aussières ont été frappées à mes taquets puis à ceux du ponton et enfin, le moment où je me suis immobilisé. Il y avait plus de 2100 milles entre mes deux dernières escales, un océan tout bleu, quinze journées et quinze nuits mais il y avait surtout l'histoire d'une drôle de tribu tantôt complice tantôt tiraillée, qui essaie d'avancer, avec des hauts et des bas, des cris de joie ou de colère, des fous rires ou des crises de nerf...

Maracuja 42, Beluga, en transat...

Posté par sabineetjeansam à 21:51 - - Commentaires [13] - Permalien [#]