20 juillet 2017

Golgoths d'un nouveau type...

Beluga a remonté l'Hudson à la voile avant de jeter l'ancre dans une petite baie d'où on voit une grande dame qui guette le large, une torche à la main.

20170719_225749

Aujourd'hui, on les a laissés tous les deux en espérant qu'ils s'entendent bien et on a enfilé nos baskets dont on a usé les semelles sur les sentiers du Liberty State Park, les trottoirs de Manhattan et le pont de Brooklyn...

20170720_140705

20170720_142259

20170720_140341

20170720_140201

Là,  elles se reposent un peu pendant que nos estomacs se remplissent et que nos yeux digèrent tous ces Golgoths d'un nouveau type que nos pupilles ont ingurgités!  

20170720_140537

Posté par sabineetjeansam à 20:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


16 juillet 2017

Au clairon qui chante...

Beluga a quitté la Cobb's marina près de Norfolk où il est finalement resté une semaine et un jour. On avait une liste de trucs à faire longue comme le bras, on n'a donc pas visité beaucoup.  On a loué une voiture car, un peu comme aux Bahamas, à pieds, on ne va pas très loin. On a donc circulé de ci de là à la recherche de telle ou telle pièce sur des routes très géométriques, droites et raides comme la justice, toutes parallèles ou perpendiculaires entre elles. On croise inlassablement les mêmes Food lion qui sont en fait les Delhaize belges, autres Wendy's ou fresh market, tout en n'oubliant pas les célibrissimes Mac Do.

20170706_155713

Une sorte de répétition s'installe entre les différentes enseignes quand on parcourt des distances un peu grandes. Cela crée une sensation presque vertigineuse de vide comme si la tête cherchait de tous côtés ce qu'il y a au-delà de ça.  L'oeil européen attend quelque chose d'autre... Un peu comme si tout ça n'était qu'un rideau derrière lequel se cacherait la vraie ville, son centre névralgique. Mais à part des quartiers résidentiels, nos yeux n'ont rien eu d'autres à se mettre sous les pupilles. On a trouvé un joli parc avec un lac aussi. On y a fait le plein de vert au milieu de pêcheurs paisibles, d'écureuils survoltés,  de papillons grands comme des gants de base-ball.

20170715_195105

On a surpris un héron qui s'était camouflé au milieu de gnomes en bois.

20170715_195556

Il s'est envolé aussi souplement qu'une gymnase chinoise vole d'un côté à l'autre du tapis.  On a rencontré plein de gens adorables, qui une fois de plus, ont mis en péril toutes nos idées préconçues sur les américains. Rob nous a apporté des bières fraîches le soir de notre arrivée, avec son regard qui pétille autant que sa moustache lorsqu'il tombe sur l'un de nos enfants. Hollie a passé une après-midi entière avec Jean-Sam dont une blessure au pied nécessitait une visite dans un Healthcare. Walter m'a 'givé a ride' jusqu'à une agence de location de voiture, défendant mon portefeuille contre des montants trop importants et m'emmenant alors dans d'autres endroits jusqu'à en trouver un aux prix décents, m'attendant ensuite pour m'escorter au retour afin que je ne me perde pas dans le labyrinthe géométrique et venant ensuite à bord pour nous filer des bons tuyaux sur les différents points à régler pour Beluga. Greg nous a filé une adresse aux Açores où un ami à lui pourra nous accueillir et nous aider si besoin. Alan nous a offert une sorte d'almanach du marin américain.  Il y a eu Peter. Un médecin militaire, tendu comme la corde d'un arc. Il a prêté du matériel de pêche aux enfants, leur prodiguant des bons conseils, plongeant même dans l'eau douteuse du port pour désentortiller un fil que Fanch avait maladroitement mais diaboliquement emmêlé autour d'une pendille. Il nous a ramené des pizzas grandes comme des roues de vélo un midi et un autre repas le soir à partager ensemble, avec sa copine Renée. Dave est venu se proposer comme taxi au cas où on avait besoin de circuler une fois notre carrosse de location rendu, notre moteur ayant besoin de soins intensifs et donc peut-être de pièces se trouvant à l'autre bout de la ville... La Cobb's Family a tout fait pour arranger la sortie de notre gros bazu en temps record, sans trop alourdir la note et en nous faisant même cadeau d'une nuit.

20170715_201031

Jean-Sam a aussi rencontré Theoden, le roi du Rohan pour les amateurs. Il en avait fini avec le Mordor. Il tenait un chantier de mécanique marine... Il nous a parlé de Trump un peu comme une sorte de Sauron. Bref, on était loin des Red Neck texans excités de la gachette et de l'individualisme roi. Avec la bienveillance de tout ce petit monde, on a réglé pas mal de trucs. Le pilote a retrouvé son coude et Jean-Sam son pied, le radar peut à nouveau irradier l'horizon à la recherche de gros cargos et on a pu résoudre notre souci de moteur grâce au "trouble shooting" d'un chevalier mécano de Theoden. Bref, on s'y est senti presque comme à la maison, même avec le clairon qui saluait matin et soir le soleil. Au début, il nous a fait halluciner mais on s'y est habitué et on a fini par le trouver presque sympathique!

Posté par sabineetjeansam à 02:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 juin 2017

L'indicible...

On a du mal à mettre des mots. J'ai commencé quelques textes, mais ils ne me satisfont jamais. Alors, je préfère ne rien dire, pour le moment.  

Les photos, c'est un peu pareil... c'est trop peu à chaque fois. 

Mais en tous les cas, on passe de très bons moments!

Sans doute faudra-t-il que cela mûrisse, et encore, je ne suis pas certaine. Peut-être revenir l'an prochain, si c’est possible.

On pense bientôt quitter l'île à vache. On souhaite une bonne fête à nos mamans, la connexion étant très limitée,  on est un peu beaucoup en retard... 

20170528_140846

20170529_182806

Posté par sabineetjeansam à 00:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 mai 2017

Des claques à tout va...

Nous sommes arrivés sur Haïti il y a deux jours après une navigation un peu musclée de trois nuits et deux jours, Beluga oscillant du cul parfois, sous le coup d'une vague de travers.

IMG_3029

IMG_3033


Tout va bien, pas de pirates la machette entre les dents à l'horizon. Juste des gens qui n'ont rien ou pas grand chose. L'ile a vache est indescriptible mais je vais m'y atteler pour pondre un article sur le blog d'ici à demain, un truc qui a du corps, comme la vie ici... 
Chaque minute est une claque comme on en a jamais vécu avant ailleurs. C'est comme un retour deux cents ans en arrière. C'est dingue! La plupart des gens sont adorables. Hier, c'était les formalites à la ville des Cayes avec notre guide Wildo qui est juste en face au Nord, sur l'île même d'Haïti où on a décidé de tous aller finalement. Claques encore et toujours pendant tout le voyage, du début à la fin. L'après-midi, reclaques pour la livraison du matériel jusqu'à l'orphelinat qui était en fait de l'autre côté de l'île.

DSCN9974

 

Autant dire qu'on était bien claqué le soir venu!


Aujourd'hui, c'est la première journée où on se pose. C'était la journée de l'année où il y a une course des voiliers de pêcheurs de l'île avec départ et arrivée ici à Kay Kok. Des voiliers taillés comme des minis, avec des voiles qui même rapiécées les transforment en papillons au charme suranné mais envoûtant à la fois, avec des gars qui montent sur des perches qu'ils piquent dans les membrures pour faire le rappel, le tout lesté et matossé avec des sacs de riz...

IMG_0051

On les a regardés partir et revenir, tout en discutant avec d'autres voyageurs, en se rafraîchissant d'un petit plouf, en faisant un atelier capsules avec Hans, en dégustant de la langouste au piment ou une Prestige bien fraîche. Bref, claques encore, mais plus douces cette fois...

 

Posté par sabineetjeansam à 23:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 mai 2017

Visas en vue!

On est aux îles vierges britanniques et, après un crochet aux USVI puis sur Haïti, on vous laisse deviner nos prochaines destinations.20170511_134038

Posté par sabineetjeansam à 19:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


06 mai 2017

Saint-Martin, c'est fini...

Nous sommes sur le point d'enfin lever l'ancre. Ce fut notre plus longue escale,  après Rabat qui signait la perte de Maki. Pendant ce chantier, on a perdu des litres de sueur, peut-être quelques terminaisons nerveuses à force de les titiller, certainement quelques liasses épaisses de dollars mais au moins, on n'aura perdu personne.
On a eu le temps d'y gagner quelques petites habitudes, d'y développer des repères, ce que seuls les longs arrêts permettent. Alors, si un jour, vous passez par ici,  n'hésitez pas à aller casser la croûte au sous-marin... petite brasserie où tout le monde se pète le bide pour trois francs six sous à coup de casse-dalle double burger ou de paninis bien garnis. Il y a aussi la voilerie Incidences où je me serais bien vue bosser en compagnie de Patrick et Sonia, laissant Fanch crapahuter avec Titouan aux alentours et les retrouvant le soir au mouillage à côté de Cielo de Dios. Il y a le chinois,  juste en face du chantier où on ne parle ni français ni anglais mais où on peut trouver le rouleau de PQ qui manquait au bataillon. Y'a le garage Gamiette où Lucien vous sauvera une caution de location avec ses doigts en or.  Y'a l'île marine, le ship du coin où Lomig nous a fait des prix hors concurrence et où ses conseils sont venus à bout de nos plus sombres emmerdes.  Et puis il y a eu les chouettes rencontres à travers lesquelles on peut échanger sur les aléas du voyage en famille et que les nimbus apprécient pour les bulles d'air qu'elles font éclater avec d'autres nimbus. Cocodelo et l'Eclectic en font partie.

IMG_2625

IMG_2627

IMG_2591


Alors voilà,  on va quitter tout ça.  On est presque prêt. Il nous reste quelques courses, les pleins d'eau et de gasoil et on sera enfin en route pour la suite de notre périple.  Les destinations vont être modifiées. Panama aurait fait une nouvelle entaille dans notre coffre fort qui est de moins en moins fort. On va devoir mettre de côté pour un moment nos envies de Terre de feu. Mais on se dit que ce sera pour plus tard. Car ces récentes tuiles ne sont pas venues à bout de nos envies de vague d'étrave qui chante... Et finalement,  c'est surtout ça qu'on n'aura pas perdu ici!

IMG_2640

Posté par sabineetjeansam à 22:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

11 avril 2017

Alcyon

Alcyon, c'est un bateau qu'on a rencontré sur Marie-Galante,  quelques jours après notre arrivée de transat. A son bord, il y avait Yoan, Geoffroy, Valentin et en invités,  Marianne et Hugo. Il y avait aussi une petite chatte,  Spika ou la Spik pour les intimes, éduquée à la rude à coups de douche froide à chaque bout de frometon dérobé.

spika

Excellente la Spika, un vrai tigre des mers, à crapahuter sur la capote ou sur le taud de GV, à poser comme une star sur les pontons sous le regard attendri des navigateurs du voisinage, à se laisser porter comme un nouveau-né par Fanch ou à s'attaquer comme un jaguar à la moindre ficelle qui vole.
On a recroisé Alcyon sur Point-à-Pitre et ici, sur St-Martin,  avant et après leur escapade aux îles vierges. Yoan, Hugo et Marianne ayant été remplacés par Henri, le frangin de Geo...
On a aimé ces moments passés avec eux, pas assez nombreux à notre goût.  Une navigation en escadre dans les eaux bleues nous aurait réjouis !  Mais vu la tronche de Beluga en ce moment, qui a perdu pas mal des ses aptitudes de mammifère marin, c'etait juste impossible.
Alors on a embarqué sur Alcyon pour une petite nav vers Anguilla, délaissant notre Beluga échoué sur Sandy Ground.  On a retouché des vagues et du vent, comme avant. On a retouché la côte qui s'éloigne pour se rapprocher ensuite, comme avant. On a retouché la ligne de traîne, comme avant, qui n'a hélas pas eu le temps de traîner grand chose, comme avant. On a retouché les mouvements d'un bateau, qui monte et descend le relief salé, comme avant. On a retouché les plongées en masques et tubas, volant au passage une raie manta. On a retouché les châteaux de sable sur la plage, qui s'emparent autant des petits que des grands, comme avant.

IMG_2510

IMG_2521

IMG_2523


En revenant de tout ça,  remplis de soleil et de blanc de voiles ou de sable, on s'est demandé,  un peu, ce serait quand qu'on retrouverait notre "avant"... Alors on a rangé tout ça dans notre case souvenirs tout en en gardant le parfum et les couleurs pour tenter de retrouver au plus vite notre avant. Avec eux, on a rangé les visages de Geoffroy et de Valentin et les moustaches de Spika, qui repartaient vers l'Atlantique Nord puis vers la métropole, tout en espérant un jour les revoir quelque part, comme avant...

IMG_2508

IMG_2517

Posté par sabineetjeansam à 02:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

31 mars 2017

Sept fois à terre...

...Huit fois debout" Proverbe japonais.

Les coups durs, on en a tous. Chacun réagit souvent de manière bien personnelle... Moi, quand y'en a un qui me tombe dessus, j'ai l'impression que j'essaie, dans un premier temps, très très court finalement,  de le rattraper des deux mains. En fonction de la nature du coup, je m'écrase, très vite ou non! Mais ça finit par arriver de toute façon,  sinon, ben ce ne serait plus un coup dur. Comment rattraper des enclumes? Je deviens alors une grosse bouse toute molle et sans énergie. Mais en même temps, je suis un peu comme ces supports numériques qui nous ont tous fait enrager au moins une fois. Vous savez quand il y a une sorte de petite roulette qui se met à tourner au centre de l'écran, à rythme régulier, avec un léger ralenti en fin de boucle. Ces interminables mises à  jour qui passent chaque fraction du système à la loupe, bloquées parfois à cause du charme d'un de ses composants ou de la terreur qu'il peut inspirer. Et bien, je suis comme ça... Paralysée mais en même temps, les neurones en surchauffe devant les chemins possibles qui permettraient un éventuel rebond. 
Sur ces chemins, on rencontre des personnes qui s'apparentent presque à des charlatans, envoyant des paillettes qui finissent par se transformer en grains de sable... Un peu comme ce gars qui nous a fait miroiter une machine aero-hydro-magicogommeuse qui n'est jamais arrivée. On rencontre des personnes qu'on a envie d'éclater à coups de gourdin dans la gueule, comme ce gars qui nous a calé le bateau on ne pouvait plus bas alors qu'il savait qu'on allait devoir poncer la c partie immergée de la coque et donc le dessous dee la bedaine. On pense à la bouche en cul de poule de l'ancien proprio lorsqu'on a évoqué les méandres plus que douteux du circuit électrique  "comment çaaaa, le circuit électrique?" alimentant à nouveau des visions peu charitables de gourdin.
Mais sur ces chemins, on croise parfois un gars ou deux qui rappelle quand on lui a laissé un message et qui vous prête même son matos pour avancer. Alors on sort peu à peu de la mise à jour infernale. Sur ce chemin, il y a la famille aussi. Les nimbus qui font des efforts face à mon désarroi, Juan-Samuelo qui saisit sa meuleuse et met peu à peu à nu Beluga. La famille plus élargie, des copains, des amis  qui s'inquiètent, encouragent, sont là dans le fond de la toile. Alors un jour, souvent presque sans s'en apercevoir, à nouveau comme ces mises à jour qui se terminent bien souvent une fois qu'on décide de quitter l'écran des yeux, on est debout. Et de toute façon, c'est que comme ça qu'on trouvera le chemin à travers les broussailles.

b4ffa9d87b9e5bed7de913a3d2ddb41e

Posté par sabineetjeansam à 04:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

24 mars 2017

On en est où ?

FB_IMG_1490368199208

 

A peu près là ! 

Posté par sabineetjeansam à 16:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 mars 2017

Moral dans les cales...

Beluga a donc été sorti de l'eau hier.

Au premier regard, la densité des espèces accrochées à sa coque n'atteignait pas celle de New Delhi mais elles ont tout de même réussi à ôter les couches de peinture. Celles-ci n'étaient pas en quantité suffisante et ne pouvaient donc protéger dignement la coque.

Bref, va falloir s'armer de courage pour mettre la coque à nu et chatouiller notre Beluga des couches nécessaires.

On va lancer des courriers au chantier où on a acheté Beluga, qui semble avoir manqué de professionalisme de manière criante et vômissante. Mais bon...

Cette découverte entame lourdement le moral des troupes, notre budget mais heureusement pas le pronostic vital de notre pseudomammifère marin préféré!

Voilà nos news guère follichonnes... La bise à tous ceux qui nous suivent!

Posté par sabineetjeansam à 13:27 - - Commentaires [9] - Permalien [#]